banniere-habitat-centre-est.jpg

« Habiter et vivre ensemble » : l’appel à projet 2020 est lancé !

05/02/2020

Quels sont les défis du logement en région Centre-Est* ? Comment améliorer les conditions de vie, d’habitat et d’insertion des foyers fragilisés ou vulnérables ? L’appel à projet « Habiter et vivre ensemble sur son territoire » de la Fondation de France est ouvert jusqu’au 13 mars. Rencontre avec Christian Harzo, référent du programme sur le territoire Centre-Est.

Au cours de ces dernières années, quelles grandes évolutions avez-vous pu constater sur la question de l’Habitat dans notre région ?

La question du mal logement reste prégnante au niveau local et national. Sur notre territoire, la situation est contrastée. Pour les agglomérations comme Lyon ou Grenoble, la rénovation urbaine et la gentrification entrainent une hausse rapide des prix du logement. Le déficit de logement social y est important : sur l’agglomération du Grand Lyon, plus de 70 000 demandes restent actuellement insatisfaites ! Incapables de « suivre », les ménages ont tendance à s’éloigner des centres villes. Conséquences ? Un « mitage » du territoire avec des logements étalés sur des zones rurales ou périurbaines et un risque de surendettement pour les personnes n’ayant pas anticipé ce choix de vie. En milieu rural, la principale problématique est liée à la précarité énergétique. La hausse du prix de l’énergie ces dernières années entraine des dépenses majeures dans des foyers vivant en habitat dégradé, et qui sont dans l’incapacité financière de rénover leur logement.

Comment l’intervention de la Fondation de France a-t-elle évolué sur cette question ?

L’appel à projet Habitat a été créé en 2002. Il est alors centré sur la question de l’insertion par le logement et la question de l’accessibilité au logement. A partir de 2006, la notion de « vivre ensemble » apparait : nous sommes passés d’une logique de logement à une logique d’habitat. Se loger c’est avoir un toit, habiter c’est être impliqué dans un écosystème sur un territoire. Aujourd’hui, il vise à soutenir les projets favorisant l’accès ou le maintien dans le logement des personnes en situation de fragilité mais aussi à soutenir l’implication des habitants sur leur lieu de vie et leur territoire.

Un projet illustrant ces dimensions de l’appel à projet de la Fondation de France ?

Le projet de l’association La Corde Alliée à Ambérieu-en-Bugey (Ain) par exemple illustre bien les deux dimensions de l’appel à projet. Il s’agit d’un projet d’aide à l’amélioration des logements dans des quartiers vulnérables de la ville. L’originalité de ce projet est qu’il est porté par une Accorderie - un réseau d’entraide d’habitants basé sur l’échange de compétences. Ce projet répond donc à la question du maintien dans le logement, tout en ayant une dimension participative et de développement du vivre ensemble.

Et demain ? Quels seront les nouveaux défis à relever sur notre territoire ?

Aux questions de la pénurie de logements accessibles en zones urbaines et de la précarité énergétique en zones rurales, s’ajoute depuis cinq ans la problématique de l’accueil des migrants. Ils sont actuellement des milliers à vivre dans la rue, à Paris, à Lyon ou encore à Grenoble. Or, dans une dizaine d’années, aux réfugiés politiques et aux migrants économiques s’ajouteront les migrants climatiques. En outre, en milieu rural notamment, nous allons être de plus en plus confrontés à la question du vieillissement de la population. A la Fondation de France, nous restons sur nos fondamentaux : aider les personnes en situation de fragilité ou vulnérabilité en soutenant les projets favorisant leur accès ou leur maintien dans le logement mais aussi l'implication des habitants sur leur lieu de vie et leur territoire. De plus, notre territoire Centre-Est étant vaste et très divers, notre couverture territoriale est essentielle pour répondre aux différents besoins.

Un conseil à donner à un porteur de projet ?

Tout d’abord, bien lire l’appel à projet et les critères de sélection, et ne pas hésiter à nous contacter si vous avez des questions. Les questions de l’habitat et du vivre ensemble sont aussi importantes l’une que l’autre. Ces dernières années, les projets d’habitats participatifs fleurissent alors qu’a contrario nous voyons une diminution des projets autour de la vie de quartier. Depuis quelques temps, la question du développement local apparaît avec des projets souvent portés par de jeunes professionnels. Enfin, un dernier conseil : n’hésitez pas à sortir des sentiers battus, innovez ! 

> Répondre à l’appel à projet 2020 « Habiter et vivre ensemble »

*Le territoire de la Fondation de France Centre-est couvre la région Auvergne-Rhône-Alpes et les départements de Côte d’Or, du Doubs, du Jura et de Saône-et-Loire.

vignette-christian-harzo.jpg

Après avoir enseigné la sociologie à l’Université Claude Bernard Lyon I et à l’Université Catholique de Lyon, Christian Harzo crée et dirige l’Observatoire social de Lyon, bureau d’étude en sociologie urbaine où il aborde notamment la question des mobilités et des transports, mais aussi de l’habitat et de toutes les problématiques urbaines.

A la fin de sa carrière professionnelle, il se tourne vers la Fondation de France pour mettre ses compétences au service de l’intérêt général. Il est également membre du bureau d’une association d’aides au maintien dans le logement, d’une association de coopération internationale dans le domaine de l’urbanisme et membre de comités régionaux sur les questions de l’habitat en Auvergne Rhône Alpes. « Les dimensions intellectuelle, relationnelle et sociétale du bénévolat à la Fondation de France m’ont tout de suite séduit. »