Une cuisinière africaine sert un repas à des femmes.

Portrait de philanthrope

Gérard Ligier

S’intéresser au sort des autres, Gérard Ligier cultive cette manière d’être depuis toujours : scout, engagé bénévolement dans plusieurs associations, dont Habitat et Humanisme et Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme… « J’ai toujours consacré une partie de mon énergie aux autres, aujourd’hui je veux le faire en toute liberté » résume le philanthrope pour expliquer sa démarche.

Après avoir longuement muri son projet, et en accord avec son épouse et ses trois enfants, Gérard Ligier crée, un beau jour de 2014, sa propre structure humanitaire, sous l’égide de la Fondation de France : la Fondation pour les Droits Humains est née. Avec une ambition forte : soutenir ceux et celles qui luttent contre l’arbitraire et qui défendent les droits fondamentaux de chaque être humain.

Sa fondation appuie de petites associations locales, qui savent comment faire mais manquent de moyens. « J’ai vu de près combien il était souvent difficile de trouver des financements alors qu’il fallait agir dans l’urgence au chevet de personnes menacées dans leur vie même » souligne Gérard Ligier. Toute personne soutenue est une vie sauvée, une pierre blanche apportée à l’édifice des droits humains.
 

« Dans les pays où nous intervenons, des sommes d’argent très raisonnables peuvent faire beaucoup, explique Gérard Ligier. Notre fondation appuie, par exemple, une association de femmes israéliennes qui s’occupe de Palestiniennes emprisonnéesEn Ukraine, nous soutenons une association qui protège des jeunes femmes en grande détresse afin de leur éviter de tomber aux mains de trafiquants d’êtres humains » La liberté n’a pas de prix, certes, mais un peu d’argent peut parfois faire beaucoup…