Gérard Aubanel, philanthrope-militant de la santé au travail

Portrait de philanthrope

Gérard Aubanel

Philanthrope-militant de la santé au travail

On peut s’en étonner, le déplorer : la médecine du travail est un univers méconnu. Rien que dans les Bouches-du-Rhône, le Groupement interprofessionnel médico-social (GIMS 13) veille sur la santé de 130 000 salariés dans 15 000 PME. En 2011, désireux « de montrer un visage plus attrayant et plus moderne de la médecine du travail », son président Gérard Aubanel créait avec l’accord de sa tutelle* la Fondation GIMS, sous l’égide de la Fondation de France.  Son objet : consacrer une part des bénéfices annuels réalisés par le GIMS à initier de nouvelles formes d’actions. Comme par exemple la prévention des risques professionnels auprès des jeunes en apprentissage. Ainsi, en l’espace de quelques années, plus de 250 élèves de lycées professionnels de la région ont participé aux ateliers photographiques de l’association Sextant et Plus, soutenus par la fondation. « En mimant devant l’objectif certains gestes dangereux de leurs futurs métiers (chauffeurs routiers, tapissiers, mécaniciens, etc.), ces jeunes professionnels en ont pris conscience tout en transmettant sous une forme ludique un message fort de prévention » souligne le fondateur.

Autre public visé : en 2016, la fondation a participé et apporté son aide financière à l’étude menée par l’Institut Paoli-Calmettes, sur une cohorte de salariés atteints de cancer. Une démarche qui débouche en 2018 sur la mise en ligne d’un site internet « pour relayer les conseils des oncologues auprès des salariés malades » explique Gérard Aubanel, dans le cadre du maintien à l’emploi. Des actions emblématiques revendiquées par cet “engagé non-stop”, au service de sa ville de cœur, Marseille, depuis des décennies. Pour lui, « la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue si elle n’était pas utile aux autres. »

* La Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi.