banniere-photo-phoebe-meyer-2.jpg

Nouveaux commanditaires

A Gaillac, l’art « soigne » les enfants !

20/12/2018

La scène se déroule dans la salle d’attente du Centre Médico Psychologique pour Enfants et Adolescents de Gaillac, qui reçoit des jeunes en souffrance accompagnés de leurs parents. Au centre de la salle sont installées deux créations insolites, baptisées « …du meuble spirale au meuble infini.. » et « Cabane in time » ou « Washitsu». Le « Meuble-spirale », de forme hexagonale, est à la fois meuble et sculpture : il est composé de 14 éléments en bois aux pans colorés reliés entre eux par des attaches amovibles aimantées. En l’explorant, on trouve des toupies en bois commandées par l’artiste à un artisan, un jeu d’Enzo Mari, du matériel pour créer, un choix de livres d’artistes pour enfants. La « Cabane in Time » ou « Washitsu», est complémentaire au meuble spirale. C’est une sculpture à l’architecture démontable, en érable ; sa conception est basée sur l’observation de la tradition japonaise : portes coulissantes en bois et papier japonais. Ces deux installations sont immédiatement « prises en main » par les enfants. Le meuble et la cabane les attirent et les invitent à agir : délaissant les écrans, ils touchent, ils ouvrent des tiroirs, ils posent des questions, ils transportent des objets du meuble vers la cabane, ils entrent et sortent.

« Objectif atteint ! explique Maria Puech-Maurel, pédopsychiatre et médecin référent du CMPEA. Dans les structures médicales, le premier contact, la première impression sont importantes. Nous avons donc eu l’idée de proposer à nos patients un lieu différent, dès l’accueil et la salle d’attente ». Dans un premier temps, l’équipe avait installé un cabinet de curiosités, sous la forme d’un meuble à tiroirs remplis d’objets : il a provoqué la surprise, la curiosité, l’envie de toucher, de déplacer et d’utiliser ces objets insolites, puis d’en parler. « Autant de signes révélateurs d’une pensée qui se mobilise déjà chez ces enfants et que l’on pourra développer ensuite » note Maria Puech-Maurel.

slideshow-cabane-japonaise1.jpg

La « Cabane in time » installée dans la salle d’attente du centre médico-psychologique est l’une des trois œuvres conçues par Marie-Ange Guillemot. Inspirée du Washitsu, elle est conçue autour de l’unité du tatami et permet à l’enfant de réveiller son imaginaire et sa créativité.

 Alors pourquoi ne pas aller plus loin, introduire l’art dans le soin, en commandant une œuvre à destination des enfants ? Le projet aboutit en 2017,  accompagné par le programme Nouveaux commanditaires de la Fondation de France. Celui-ci propose à des acteurs de la société civile (regroupés en association libre ou formelle) et confrontés à des enjeux de société, de passer commande d’une œuvre originale à un artiste de  notoriété. Un médiateur culturel, agréé par la Fondation de France, expert de l’art contemporain, accompagne ces commanditaires à établir le  cahier des charges de la demande. Il propose l’artiste le plus approprié pour y répondre, recherche des co-financements pour la réalisation de l’œuvre et, assure la coordination de toutes les étapes du processus en lien avec les acteurs et partenaires du projet. A Gaillac, c’est l’équipe pluridisciplinaire du CMPEA qui s’est constituée en commanditaires. Valérie Cudel, médiateur pour l’action Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France, a proposé de se tourner vers l’artiste française Marie-Ange Guilleminot.

Et pour les familles accueillies au CMPEA, l’objet-œuvre remplit effectivement cette fonction « Cachés dans la cabane, les enfants s’inventent des histoires, ils projettent leur monde intérieur, explique Maria Puech-Maurel. Ils sont également surpris par la beauté de ces objets et par leur caractère insolite. Leur pensée et leur imaginaire sont stimulés. L’œuvre d’art sert ainsi de médiation : c’est ensuite l’action des soignants qui peut lui conférer un effet thérapeutique. Le soin commence d’ailleurs parfois dans la cabane elle-même ! »

Maria Puech-Maurel, pédo-psychiatre et médecin référent du CMPEA

« Grâce au programme Nouveaux commanditaires, notre équipe a pu concrétiser sa volonté d’offrir aux enfants un lieu d’accueil qui rompt avec ce qu’ils ont l’habitude de rencontrer. L’œuvre d’art conçue par Marie-Ange Guilleminot remet leur pensée en marche, entraîne leur imagination,  et les rend plus réceptif au travail qui va être conduit par les soignants ».

catia.jpg

Catia Riccaboni, Responsable du Programme Nouveaux Commanditaires

« La commande de l’équipe du CMPEA à Marie-Ange Guilleminot est emblématique de la philosophie et de la vocation de l’action Nouveaux commanditaires. Il s’agit de donner à des acteurs de la société civile les moyens d’agir en faisant appel à l’art. Une communauté d’intérêts – les commanditaires, le médiateur, l’artiste et les partenaires de la réalisation de l’œuvre – sont au service du bien commun, celui des enfants en situation de vulnérabilité, et de leurs familles. L’intervention de l’artiste permet de construire une proposition inédite et de grande qualité dans des endroits – ici une salle d’attente – qui en sont habituellement dépourvus ».

Vous serez aussi intéressé par