Bannière article maintien des liens parents enfants

Enfants placés : comment préserver le lien familial ?

21/12/2018

Lorsque les enfants sont placés dans des structures d’accueil, il est important de maintenir ou de reconstruire les relations avec les parents disposant d’un droit de visite et d’hébergement, ainsi qu’avec la fratrie.

Ces enfants ont un vécu douloureux, avec une relation à la famille difficile. Le placement, protecteur mais qui constitue en soi une rupture, ne doit pas créer une cassure supplémentaire des liens d’attachement avec les personnes qui ont compté pour l’enfant. Il ne doit pas non plus conduire à ce que les parents, souvent peu confiants dans leurs compétences parentales, se sentent dépossédés de leur place et de leur rôle affectif et éducatif auprès de leur enfant. C’est pourquoi la Fondation de France s’attache à soutenir, dans le cadre de son programme Accompagner les enfants, leur famille et les jeunes en difficulté, des actions qui visent à maintenir, restaurer ou conforter ces liens.

Créer des lieux propices au rétablissement des liens familiaux

Pour que les liens vivent, il leur faut un lieu adapté ! En Gironde, l’Institut Don Bosco a le projet de construire au printemps 2019 un « chalet Familles » doté de 3 chambres. « Avec deux objectifs : d’une part permettre à des parents qui en sont empêchés, pour différents motifs, d’exercer leur droit de visite et de (re)tisser des liens avec leurs enfants, et d’autre part, permettre à des fratries éparpillées dans différentes structures d’accueil de se retrouver », explique Martine Gibert, Directeur de la Maison d’Enfants à Caractère Social (MECS). En effet, certains parents sans domicile, éloignés de la Gironde ou ne pouvant garantir la sécurité de leurs enfants à leur domicile, sont contraints de renoncer à leur droit de visite. Le « chalet Familles » se veut donc un lieu d’accueil et d’hébergement à la fois sécure et adapté pour rétablir les liens et retrouver les gestes du quotidien, le temps d’une après-midi, d’une journée, d’un week-end ou de quelques jours de vacances. Le chalet sera également un espace de soutien à la parentalité. « Pour que ces moments passés ensemble soient riches d’échanges et d’émotions, nous proposerons aux enfants et aux parents des activités comme des balades en forêt, la préparation des repas, des jeux de société, etc.» précise Martine Gibert.

La démarche de l’Association la Ruche est similaire. Cette MECS implantée à Fort-de-France en Martinique accueille des jeunes filles de 6 à 18 ans. Elle a créé deux espaces d’accueil et de rencontre conviviaux pour faciliter les liens entre parents et enfants et membres d’une même fratrie. Le premier, installé au sein de la maison d’enfants, permet de vivre des moments de partage autour de différentes activités : pâtisseries, soins esthétiques, jardinage, sorties culturelles, ludiques et sportives. Le second espace est un appartement familial, véritable lieu de vie qui permet de recevoir, pour des courts séjours, les parents pourvus d’un droit de visite et d’hébergement mais qui ne disposent pas des conditions matérielles pour accueillir leur enfant.

Aider les parents à jouer leur rôle auprès de leur enfant placé

Maintenir les liens intrafamiliaux suppose également d’aider les parents à jouer leur rôle. Dans le Nord, le Centre d’Observation de Placement et de Soins (COPS) les Moutatchous accueille en internat des enfants de 4 à 12 ans. Il a mis en place un projet de soutien multiforme à la parentalité baptisé PEP’S (Parentalité, Echanges et Partages de Savoirs). Dans le respect du cadre légal du placement de l’enfant, il vise à redonner confiance aux parents et à restaurer ou conforter les liens avec leurs enfants en leur proposant d’exercer leur rôle parental au sein de l’établissement.

Co-construit avec les familles volontaires, le projet permet l’exercice de la parentalité au travers d’ateliers (bricolage, jardinage, cuisine, etc.), où chacun peut faire valoir son savoir-faire et partager des moments de vie, des activités telles que l’achat de vêtements, le suivi des devoirs, etc. « Nous organisons par exemple des Journées Portes Ouvertes où les parents peuvent accompagner leur(s) enfant (s) du lever au coucher en passant par les repas et diverses activités, en présence d’un éducateur. Cela permet d’instaurer des échanges plus naturels et plus vrais que dans les formats habituels du droit de visite en lieu neutre. Pour nous c’est l’opportunité d’utiliser le temps où l’enfant est placé pour (re)faire du lien. Les effets produits sont assez rapides et l’on peut progressivement enrichir le contenu des moments vécus en commun » indique Martine Mouy, responsable de ce dispositif d’accompagnement.