Portrait

Dominique Hériard Dubreuil

Dominique Hériard Dubreuil vient de quitter le conseil d'administration de la Fondation de France. Elle a accompli les deux mandats de quatre ans autorisés. Elle reconnaît que cette obligation est « une très bonne règle, qui encourage le renouvellement des bonnes volontés ». Elle a vu les choses évoluer en France et s'en réjouit : « La générosité est assez partagée dans notre pays. Mais il faut structurer la philanthropie. Et c'est ce à quoi s'emploie la Fondation. »

Pour mener à bien ses missions, la Fondation de France s’appuie sur des talents et des compétences variés, des expériences de haut niveau. Dominique Hériard Dubreuil a exercé les plus hautes responsabilités à la tête de Rémy Cointreau. Cette maison charentaise s'est bâtie autour du cognac Rémy Martin et de la liqueur d'orange Cointreau, pour finir par un portefeuille de spiritueux fameux et rayonner à l'international. Forte de 1800 salariés, elle fait partie des premières marques françaises, tout en restant sous gouvernance familiale.

Dominique Hériard Dubreuil se rapproche de la Fondation de France au début des années 2010. Elle vit « comme un honneur » qu'on lui propose de rejoindre le conseil d'administration et rallie bientôt le bureau du CA. Elle explique l'étonnement ressenti : « J'ai été impressionnée par le niveau des enjeux financiers au regard de la taille réduite de la structure. Les gens de la Fondation de France sont très conscients de la responsabilité qui est la leur. Ils doivent gérer au mieux l'argent des donateurs, l'affecter à des projets voulus par ceux-ci sans perdre de vue la notion d'intérêt général. » Habituée aux dossiers difficiles, elle rejoint le comité des libéralités. Elle en détaille le fonctionnement : « Nous traitons les difficultés qui surviennent dans les donations en biens immobiliers. Des litiges anciens resurgissent parfois. La Fondation doit s'assurer que tout est en règle avant de pouvoir vendre le domaine ou la maison. »

Elle participe aussi au comité de supervision des fondations sans gouvernance autonome. Il s'agit une fois encore de s’assurer que soient accomplies les volontés des fondateurs. Mais également que ces demandes répondent bien aux critères d’intérêt général et à l’objet de la fondation abritée. Par exemple, une dame voulait créer un enseignement spécifique au nom de son mari, spécialiste de design. Mais l'établissement choisi ne possédait pas de département, ni d'enseignants en la matière. Le comité de la Fondation de France a trouvé une solution avec la direction de l'école retenue : la création d’un séminaire de design.

Désormais, Dominique Hériard Dubreuil s’investit auprès de la fondation d’entreprise Rémy Cointreau dont la mission est d’accompagner les initiatives pour la valorisation et la transmission des savoir-faire d’excellence.

Elle aime plus que tout veiller sur les vignes de Charente, guetter les éléments qui rappellent la toute-puissance de la nature et tester les assemblages avec les maîtres de chais, comme sa mère à l'odorat princier savait si bien le faire.

dominique_heriard_dubreuil_(c)julien_knaub.jpg

Dominique Hériard Dubreuil

Dominique Hériard Dubreuil, qui fut directrice générale puis présidente du groupe Rémy Cointreau, a été bénévole dans les instances de la Fondation de France durant huit ans. Alors que son mandat vient de s’achever, retour sur ces années d’engagement.