Des femmes âgées résidentes de l'EHPAD discutent entre elles.

Vulnérabilité & précarité

Des personnes âgées reporters de la vie quotidienne de leur résidence.

"Nous voyons, nous disons"

Des soignants et résidents d’une maison de retraite en Isère prennent la parole par l’image et les mots.
 

Un cadre de vie ouvert

La résidence Les Solambres accueille 82 personnes âgées de 88 ans en moyenne et atteints de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. L’établissement a fait le choix audacieux de l’ouverture, du droit au choix et du droit au risque pour ses résidents : ils peuvent sortir quand ils le souhaitent, les portes automatiques s’ouvrent à leur passage ; il n’y a ni sonnette ni interphone ; le jardin non clôturé est fréquenté par les villageois. C’est dans cet état d’esprit que l’équipe a mis en place une vie culturelle dynamique visant à valoriser le grand âge, à affirmer les potentialités des résidents malgré leur état de santé et à faire évoluer le regard des soignants.  
 

Reporters de la vie quotidienne

L’objectif du projet « Nous voyons, nous disons » est de donner la parole par l’image aux résidents en leur proposant d’être des reporters de la vie quotidienne grâce à des appareils photos mis à leur disposition. Durant quatre ans, des ateliers réguliers encadrés par un artiste photographe, ont permis à 20 résidents mais aussi des soignants, d’échanger et de choisir les photos qu’ils préfèrent. Avec l’aide d’un écrivain, ils y ont ajouté un texte afin de créer la gazette murale et les différents albums mis à disposition dans les quatre lieux de vie de la résidence. Ces moment d’échange et de création entre les résidents et avec les soignants sont enregistrés et filmés : c’est un témoignage du quotidien et du ressenti des résidents.
Sélectionné par le réseau européen d’échange d’expériences GRUNTVIG, ce projet a représenté la France pour aborder la question du lien entre soin et culture : 6 professionnels (directeur, infirmières, aides-soignantes) ont participé aux échanges et ont accueilli leurs homologues durant 3 jours.
 

La Fondation de France s’implique

Le soutien de la Fondation de France a permis de financer une partie des frais relatifs au travail artistique et photographique.
 

De nouveaux projets en perspective

Si le projet s’est achevé avec un vernissage en novembre 2015, la culture continue d’avoir toute sa place aux Solambres. Remarqué par le réseau européen, il a montré les bienfaits de la culture dans le quotidien de cette population fragile. La participation aux échanges européens a été une source de motivation pour l’équipe et de changement de regard. Elle souhaite poursuivre l’action en l’inscrivant dans la durée : les photos des résidents affichées en grand format (2,5m /1,10m) sont une mémoire pour tous. Un art thérapeuthe et un animateur en activité physique interviennent régulièrement. Un nouveau projet se profile avec des temps forts tous les 2 mois et des ateliers multiculturels.
 

Structure soutenue

Résidence mutualiste
Les Solambres
La Terrasse (38)