Solidarité Antilles

Des centres de santé autonomes en énergie verte

15/07/2019
benedicte_deriot.jpg

Doter de kits de production d’énergie solaire des centres de santé à La Dominique après le passage de l'ouragan Maria : c’est le projet mené par l’ONG Electriciens sans Frontières avec le soutien de la Fondation de France. Bénédicte Deriot, qui l’a supervisé, nous en dit plus.

 

Pourquoi un tel projet ?

Après le passage de Maria, la totalité de La Dominique s’est retrouvée sans électricité. La reconstruction du réseau s’est faite lentement, certaines zones sont restées privées d’énergie pendant un an. Pour éclairer leurs locaux et faire fonctionner les frigos contenant vaccins et médicaments, les six centres de soin de l’île dits « de type 3 », c'est-à-dire construits en béton pour résister aux cyclones, utilisaient des petits groupes électrogènes. Nous avons proposé de les remplacer par des kits solaires produisant chacun entre deux et quatre kWh d’électricité verte. L’enjeu était double : d’une part, poursuivre la politique volontariste menée par les pouvoirs publics locaux pour faire de La Dominique un territoire « climat résilient » en apportant aux centres une solution d’autonomie énergétique. Et, d’autre part, faire en sorte que cette solution soit durable, à la fois économique et beaucoup plus écologique que des groupes électrogènes émetteurs de gaz à effet de serre.

Comment l’avez-vous mené ?

La Fondation de France nous a apporté l’aide financière indispensable à la réalisation du projet, avec une subvention de 160 000 euros. Nous avons d’abord travaillé avec des partenaires tels que Schneider pour concevoir les kits et récupérer les différents composants. Ensuite, comme nous voulions que le projet contribue à la relance de l’économie locale, nous avons sélectionné après appel d’offres deux entreprises dominiquaises chargées de les installer sous la supervision de nos bénévoles. Après avoir formé leurs équipes, dont de jeunes apprentis, ces entreprises ont équipé les six centres – deux sur la côte ouest et quatre sur la côte est - entre novembre et fin décembre 2018. Le plus compliqué a été l’adaptation des kits, conçus selon des normes européennes très exigeantes, aux installations électriques de l’île, souvent vétustes. Aujourd’hui, tous sont en place. Les centres n’ont qu’à tourner un bouton pour passer du réseau électrique général au réseau local, et inversement. 

Quel regard portez-vous sur cette initiative ?

C’est un beau projet, mené très rapidement. Le gouvernement de la Dominique a d’ailleurs tenu à organiser en janvier 2019 une cérémonie pour remercier tous ceux qui y ont contribué. Une telle reconnaissance, pour des bénévoles comme nous, cela vaut tout ! Nous avons prolongé ce projet, en installant huit nouveaux kits dans des bâtiments résistants aux cyclones qui reçoivent du public, par exemple des MJC. Nous avons également équipé des zones fréquentées de lampadaires solaires pour soutenir la reprise du tourisme. 

Vous serez aussi intéressé par