Logement

« Depuis 1995, expérimenter et modéliser des solutions innovantes »

27/11/2018

Depuis quand la Fondation de France travaille-t-elle sur la question du logement ?

Depuis les années 90, et avec une approche qui a évolué depuis 30 ans. Dans un premier temps, notre priorité a été l’accès au logement. En effet, ces démarches étaient intégrées à un vaste programme « Insertion », qui associait emploi et logement. Au regard des demandes d’aides et d’accompagnement qui « remontaient » spontanément, la Fondation de France a souhaité constituer un programme à part entière, en 2002, un comité d’experts a été réuni, et un appel à projets fixe les axes d’intervention prioritaires.

Ces axes d’intervention ont-ils évolué depuis 15 ans ?

Trois évolutions marquantes au fil de ces années. Nous sommes passés d’une démarche de soutien à des dispositifs (financement de logements, d’aides à la rénovation), à une démarche centrée avant tout sur les personnes, leurs projets de vie, leurs difficultés, et la place de l’habitat dans leurs trajectoires personnelles. Et nous sommes passés d’une approche « logement » (donc individuelle) à une approche « Habitat » : le logement comme un élément d’un territoire, d’une communauté… en soutenant prioritairement les projets qui prennent en compte cette dimension d’écosystème local. Enfin, la préoccupation environnementale et énergétique a pris bien sûr une importance croissante.

Quel bilan peut-on aujourd’hui dégager de cette mobilisation ?

Il y a les chiffres : 24,5 millions d’€ engagés sur ce thème depuis 1995, pour plus de 2300 projets. On estime que ces projets  ont concernés directement quelques 150 000 personnes, pour moitié il s’agit d’accès au logement, et pour moitié de dynamisation de quartiers. Sur le plan qualitatif, notre approche a permis de défricher des nouvelles modalités d’action, de fédérer des acteurs, de formaliser de nouveaux savoir-faire et de les partager au travers de publications, de colloques, d’échanges… Le programme a donc eu un rôle de laboratoire, expérimentant des solutions inédites. C’est le cas pour l’éco-habitat, pour le logement des jeunes, ou encore les dispositifs d’accès à la propriété pour les ménages pauvres. Pour l’auto-réhabilitation accompagnée (permettre aux habitants de rénover eux même leur logement, avec leurs voisins et l’aide de spécialistes), l’impact va plus loin, car les collectivités et les pouvoirs publics reconnaissent désormais la valeur de ces démarches, et prennent notre relai. C’est ainsi que l’ANAH (agence nationale de l’habitat) a décidé en 2015 de soutenir financièrement ces travaux, quand ils concernent la rénovation énergétique. Nous avons fait école !

portrait-patrice-cieutat.jpg

Patrice Cieutat est responsable du programme Habitat.