covid19.jpg

Urgences

Covid-19 : les premières actions de la Fondation de France sur le terrain

30/03/2020

Comment soutenir la recherche, les hôpitaux et les soignants, comment aider les plus vulnérables fragilisés par la crise sanitaire ? Depuis le début de l’épidémie, les équipes de la Fondation de France mobilisent leur réseau sur tout le territoire. Zoom sur les projets déjà engagés… et en préparation.

Face à la vague d’admissions en urgence, aider les hôpitaux et les soignants

Pour les hôpitaux, la prise en charge des victimes de l’épidémie impose d’augmenter immédiatement la capacité d’accueil des services spécialisés, et de disposer d’équipements en soins intensifs et en réanimation. La Fondation de France a immédiatement contacté l’AP-HP et 6 CHU pour proposer d’assurer le financement de certains matériels essentiels : achat de 3 respirateurs légers et 4 systèmes d’oxygénothérapie haut débit pour permettre aux patients hospitalisés d'être placés sous respirateurs au CHU de Lyon, achat d'équipements bio-médicaux permettant de traiter les patients dans de bonnes conditions aux CHU de Bordeaux, Lille et Reims.

Prochaines étapes : organiser ce même soutien auprès d’autres CHU, notamment Nantes, Strasbourg et Marseille. D’autres projets se mettent en place, notamment des dispositifs d’appui psychologique aux équipes soignantes, confrontées à des problématiques éthiques et à des situations de stress aigu. La Fondation de France soutient également la Croix-Rouge Française qui met en place une plateforme de dialogue et de partage de bonnes pratiques, dédiées aux soignants dans la crise du Coronavirus. Du matériel de communication a également été fourni au centre hospitalier Delafontaine afin d'équiper les équipes soignantes et les patients pour maintenir le lien avec leur famille alors que les visites sont interdites. La Fondation de France se mobilise également pour déployer des services de proximité afin de soutenir et aider les personnels soignants dans leur vie quotidienne : repas, transports, garde d’enfants….

Recherche médicale : cinq champs prioritaires

La lutte contre l’épidémie Covid-19 est avant tout un immense défi scientifique. Dans cette course contre le temps, les équipes de recherche se mobilisent pour analyser le virus, valider des protocoles de prise en charge, développer un vaccin. La Fondation de France soutiendra des projets de recherche dans les cinq domaines suivants : 

  • l'étude du nouveau coronavirus et de la pandémie en cours afin de limiter son expansion ;
  • l'élaboration de tests permettant de détecter des anticorps contre le virus dans la population ;
  • la mise au point de traitements efficaces et innovants contre le nouveau coronavirus ;
  • le développement de vaccins ;
  • l’étude de l’impact de l’épidémie sur les soins et les soignants.

Les fonds collectés pour soutenir les chercheurs serviront à soutenir les actions de l’ensemble des acteurs de la recherche engagées dans la lutte contre l’épidémie de COVID-19 : Institut Pasteur, INSERM, CNRS, INRAE, Universités, AP-HP, etc…

Ils seront utilisés en cohérence avec les différents appels à projets lancés via des financements publics (Reacting, ANR, PHRC), ou pour financer des actions qui n’entreraient pas dans le champ de ces appels à projets.

Répondre aux besoins des personnes vulnérables

Partout en France, des personnes vulnérables voient leur fragile équilibre de vie bouleversé. Les proches ne peuvent plus soutenir leurs ainés, certains services et secours sociaux indispensables aux sans-abri, aux migrants ne peuvent plus intervenir. L’accès aux biens de première nécessité et aux soins, le minimum de vie sociale indispensable sont ainsi menacés. Pour les aider à faire face, la Fondation de France soutient des acteurs de terrain, expérimentés, à l’échelle locale comme nationale. Comme par exemple, "Croix-Rouge chez vous", dispositif de conciergerie solidaire déployé sur l’ensemble du territoire national, pour rassurer et approvisionner les personnes confinées et isolées (livraison de denrées alimentaires et de médicaments). L’association assure également un service d’écoute en ligne des personnes les plus fragilisées.

Parmi les autres actions soutenues :

  • Le Secours Populaire s’organise pour adapter et maintenir ses actions auprès des plus fragiles, et ce dans toute la France. 
  • A Paris, l’association Lulu dans ma rue met en place des services à domicile, pour les seniors et les personnes vulnérables, intégrant en plus des petits dépannages d’urgence.
  • A Huningue, au cœur de la région la plus exposée, l’association Entraide Femmes Haut Rhin propose une aide alimentaire et de première nécessité au profit de femmes seules, isolées et sans ressources, victimes de violences conjugales et confinées chez elles avec leurs enfants.
  • En Seine-Saint Denis, la Maison Ikambere, spécialisée dans le suivi des femmes migrantes séropositives, organise un hébergement d’urgence, une aide alimentaire et un soutien psychologique.
  • La Fédération Nationale des Pâtes au Beurre apporte son soutien aux familles sur tout le territoire. Une permanence nationale téléphonique est mise en place pour répondre à toutes les questions des parents dans ce contexte particulier. 

Pour les personnes sans-abri et les migrants : la Fondation de France soutient, à Paris et en régions, des démarches de mise à l’abri et de distribution de repas, mises en place par nos partenaires : ABEJ Solidarités, Table de Cana, Midis du Mie ou encore Baluchon, Restos du coeur, Food de rue, Planète Sésame, 13 Avenir, Intermède Robinson, Acceptess-T… Elle accompagne également le Centre Bernanos pour organiser des cours à distance et des animations pour les jeunes migrants mineurs hébergés dans le centre.

Pour les personnes souffrant de handicap, nous accompagnons :

  • Grandir Ensemble et Une autre image, qui se mobilisent auprès des familles d’enfants handicapés  
  • l’Association des paralysés de France pour la création en urgence d’un dispositif d’aide globale (services à domicile, soutien psychologique, etc.).
  • Handéo qui propose un kit évolutif d'aide à l'appropriation des bons gestes pour les aides à domicile, les aidants, mais aussi pour aider les personnes en situation de handicap, âgées dépendantes.​
  • Association Spina Bifida & Handicaps Associés qui a mis en place une plateforme d’appui et d’accompagnement de personnes vulnérables avec continuité des soins à domicile​.
  • Adapei du Morbihan qui équipe en matériel de communication des adultes isolés et personnes en foyer de vie et FAM​ pour maintenir le lien avec les familles et les personnes ressources.

Pour les personnes atteintes de troubles psychiques, la période de confinement présente des risques aigus d’aggravation brutale de leur état. La rupture des contacts, l’isolement et l’angoisse liée aux risques de contamination peuvent entrainer décompensations, pensées suicidaires ou dépressions profondes. Dans ce contexte, le soutien d’un « pair aidant » -un ancien malade rétabli et formé spécifiquement- est précieuse, même à distance. Avec l’aide de la Fondation de France, l’association Espairs met en place une ligne téléphonique de soutien animée par des « pairs aidants ». Objectif : maintenir un contact, rompre l’isolement et faire ainsi baisser les angoisses.  L’opération mobilise l’Observatoire du rétablissement, en partenariat avec le Centre ressource de Réhabilitation psychosociale et de remédiation cognitive et le Centre de prévention du suicide du Centre Hospitalier du Vinatier, à Lyon.

Face à l’urgence, tous nos programmes et leurs comités d’experts sont mobilisés, pour activer notre réseau, examiner les projets et les dispositifs proposés, et débloquer les aides rapidement. Avec plus de 400 000 donateurs et près de 900 fondations abritées… le premier réseau philanthropique de France est au rendez-vous.

projets_hopital_covid.jpg

Des téléphones mobiles reçus par le centre hospitalier Delafontaine