projets_covid_fondation_de_france_nord.jpg

Nord

Covid 19 : la Fondation de France Nord se mobilise sur son territoire

20/04/2020

Depuis le début de l’épidémie de Covid 19, les équipes de la Fondation de France engagent leurs réseaux partout en France pour venir en aide aux soignants, aux chercheurs et aux personnes vulnérables. Focus sur les premiers projets soutenus dans notre région, grâce à l’alliance « Tous unis contre le virus ».

Soutenir les soignants

Dès le début de la crise, un financement a été accordé au CHU de Lille pour l’achat de respirateurs et d’équipements bio-médicaux pour améliorer la prise en charge des patients. L’association Le Souffle du Nord bénéficie d’un soutien pour coordonner la production de 200 000 masques réalisés par plus de 20 000 couturières bénévoles pour le personnel soignant dans les Hauts-de-France (centres hospitaliers, EHPAD, services à domicile, infirmiers, médecins…) et lancer une production solidaire de surblouses pour faire face à la pénurie. IndeLab, atelier de fabrication numérique à Bruay-la-Buissière et la Maison pour Tous d’Abbeville, association d'éducation populaire et d'animation socio-éducative, sont soutenues pour fabriquer des visières de protection pour le personnel soignant.

De plus, un soutien est apporté à la mise en place d’un dispositif d’aide et de soutien psychologique aux soignants du CHRU de Lille sur une durée de 12 mois pendant et après l’épidémie.

Aider les personnes vulnérables et répondre à leurs besoins sur le territoire

Difficultés d’accès aux biens de première nécessité, isolement social, risque de décrochage scolaire… les personnes les plus vulnérables voient leur fragile équilibre de vie bouleversé en cette période de confinement. Face à ce défi sans précédent, la Fondation de France Nord renforce son soutien aux associations de proximité qui adaptent leurs réponses.

Assurer une protection vitale pour les personnes sans abri

Dès les premiers jours de confinement, le Centre de la Réconciliation à Lille a ouvert un accueil de nuit pour les jeunes mineurs non accompagnés en errance pour qu’ils puissent y trouver refuge. Le soutien apporté à l’Auberge des Migrants à Grande-Synthe, à Utopia 56 à Lille et Calais, permet à ces associations de distribuer des tentes, des couvertures, des duvets dans le cadre de leurs maraudes. L’association La Boîte sans projet à Amiens va à la rencontre des personnes à la rue pour leur fournir des kits sanitaires comprenant gel hydro-alcoolique et masques de protection. La Fédération des Acteurs de Solidarité Hauts-de-France approvisionne les 70 structures d’insertion sociale de la région en gel hydro-alcoolique grâce au don d’une entreprise.

Lutter contre la précarité alimentaire

sdf.jpg

Dans ce contexte de crise sanitaire, la précarité alimentaire se fait d’autant plus criante.

Pour venir en aide aux personnes à la rue et maintenir un lien social avec elles, l’ABEJ à Lille renforce l’aide alimentaire d’urgence. Il en est de même pour l’association SALAM dont l’action est tournée vers les personnes exilées à Calais.

La Fondation de France soutient également le Réseau de Cocagne avec, dans notre région, les Anges Gardins, pour créer et distribuer des paniers alimentaires bio et solidaires aux plus fragiles. Les associations 2AEP (sur le Pôle Métropolitain de l’Artois), le Fil de l’Epeule  (sur Roubaix et les villes alentours ) et El'Cagette à Roubaix, multiplient la livraison de repas et de courses à domicile pour les personnes les plus isolées ou sans possibilité de cuisiner, fragilisées par le confinement.

Sur 6 territoires des Hauts-de-France, l’ADIS distribue des produits de première nécessité (alimentaires et d’hygiène) aux personnes souffrant de troubles psychiques isolées en appartements.

Assurer une continuité pédagogique pour les enfants placés et les jeunes en foyers...

coteopale.jpg

Face à la fermeture des établissements et à la mise en place de l’école à distance, tous les enfants ne sont pas égaux ! La fracture numérique peut rapidement entrainer un décrochage scolaire des élèves les plus fragiles, notamment les enfants placés et les jeunes accueillis en foyers.

Les Maisons des Enfants de la Côte d’Opale à Saint Martin Boulogne, la Maison des enfants Le Regain à Dohem et les établissements du GAP (Groupement d’associations partenaires) de la métropole Lilloise, Douaisis, Cambrésis, ont bénéficié d’un soutien pour faire l’achat de matériel informatique et éducatif. Il en est de même pour le Foyer Nazareth de l’association Temps de Vie à Saint André lez Lille et le Foyer Sherel de l’ALEFPA à Lille pour accompagner les jeunes dans leur parcours scolaire et leur formation.

A Saint-Omer, le centre Anne Franck maintient l’équilibre psychique des enfants et de jeunes mères accueillis en foyer par des activités pédagogiques, culturelles et sportives grâce à l’achat de tablettes, de matériel sportif d’intérieur et de jeux de société.

...et les jeunes en difficultés

A Amiens, c’est l’association Coallia qui est soutenue pour accompagner les enfants de parents réfugiés, des mineurs non accompagnés et des jeunes hébergés en foyer.

Les Clubs de prévention Avenir des Cités à Harnes, Rencontres et Loisirs à Oignies, l’association Prévention Culture Formation à Marcq en Baroeul ainsi que l’association Efficience Solidaire à Maubeuge, se mobilisent quant à eux pour prévenir le décrochage scolaire en mettant à disposition le matériel informatique nécessaire pour des enfants défavorisés. Il en est de même pour la Maison des adolescents de Charleville-Mézières pour rester à l’écoute et soutenir les jeunes fragilisés qu’elle accompagne.

Pour l’Institut Thérapeutique et Pédagogique de Croix, il s’agit de poursuivre l’accompagnement des enfants et adolescents atteints de troubles psychiques et de garder le contact entre éducateurs et les élèves.

Maintenir le lien avec les personnes fragiles qui se retrouvent très isolées

personnes-isoles.jpg

Bon nombre d’associations réinventent leurs modes d’intervention. Télé-assistance, outils du numérique, clips vidéos ou utilisation des nouvelles technologies …, les idées ne manquent pas pour maintenir le lien social coûte que coûte. C’est le mot d’ordre de Relais Social qui intervient dans le quartier nord d’Amiens pour répondre à l’urgence sociale en gardant « un fil solidaire » grâce aux outils acquis lors d’ateliers multimédia avant le covid-19 et en s’appuyant notamment sur les solidarités de voisinage. Non loin de là, à Camon, l’association Petits Poids propose des rendez-vous téléphoniques et organise des séances de vidéoconférences pour maintenir à distance l’activité physique de personnes en surpoids, fragilisées, et les soutenir psychologiquement. A Annezin dans le Pas-de-Calais, l’association Cogite Atout redouble d’inventivité pour maintenir le lien avec les personnes en situation de handicap qu’elle accompagne. Elle mobilise l’ensemble des « cogiteurs », enfants, enseignants, musiciens, animatrices, partenaires, pour poursuivre les réalisations artistiques communes autour du montage de clips vidéos… en attendant de se revoir. A Marcq-en-Barœul, la Maison d’Accueil Spécialisée La Gerlotte lutte contre l’isolement de personnes vivant un handicap confinées dans leurs studios, par l’utilisation de « Good Cells », un outil de réalité virtuelle destiné à la rééducation pour des personnes souffrant de troubles cognitifs.

Protéger les personnes âgées et rompre leur isolement

Le confinement et le respect des consignes sanitaires sont des questions vitales pour les personnes âgées, population particulièrement exposée au COVID-19. Confinées chez elles ou en EHPAD, le maintien du lien est un défi pour les professionnels et les familles. A Saint-Amand-les-Eaux, l’association Béthanie poursuit ses activités et organise des appels vidéo entre les résidents de l’EHPAD et leurs familles grâce à des tablettes équipées de casques audio pour faciliter l’écoute et les échanges. A Outreau, le Centre Culturel et Social Jacques Brel reste à l’écoute des seniors isolés ou ayant des problèmes de santé par des appels téléphoniques réguliers. Pour éviter les dépressions liés au confinement et les risques de glissement des résidents, les EHPAD Les Maisons Bleues de Roubaix, Haubourdin et Marcq en Baroeul, gérés par l’UGECAM Hauts-de-France, ont mis en place une cellule psychologique au travers des entretiens individuels en présentiel entre les psychologues salariés des 3 établissements et les personnes âgées présentant des signes de déprime.

sivu_guipavas.jpg

Pour l’association "Bien-être & Santé" à Escaudain, il s’agit de venir en aide aux séniors, personnes handicapées et usagers fragilisés par le confinement grâce à une cellule d’écoute et d’intervention.

 

D’autres initiatives se multiplient face à l’urgence et à ce qu’induit le confinement.

A Lens, l’APSA est soutenue pour aménager un logement destiné à de personnes mises à l’abri dans un contexte de violence.

A Amiens, la Fédération Européenne Vivre son deuil accompagne les personnes en deuil dans le cadre de l’épidémie du Covid 19 et développe sa ligne d’écoute.

 

 

23 M€

C’est le montant collecté en ce début mai, par la Fondation de France, grâce à une chaine de générosité mobilisant les donateurs particuliers comme les entreprises, dans toute la France.