Bannière BNP Paribas AAP 2019

Fondations abritées

Climate & Biodiversity Initiative : le nouvel appel à projets de la Fondation BNP Paribas

Date limite de dépôt dossier : 28 avril 2019

Cet appel à projets est clôturé. Consultez les appels à projets en cours ici.

Contexte

Depuis 2010, la Fondation BNP Paribas soutient la recherche sur le changement climatique à hauteur de 12 millions d’euros. A ce jour, ce dispositif a permis l’accompagnement de 18 projets de recherche internationaux et la sensibilisation de 340 000 personnes autour de différentes thématiques : étude des climats passés, risque d’invasion de certaines espèces d’insectes, acidification des océans, fonte du pergélisol, séquestration du carbone dans les sols agricoles en Afrique, préservation des récifs coralliens…

Partant du constat que le changement climatique est un facteur majeur d’érosion de la biodiversité, la fondation lance un nouveau programme en Europe, intitulé « Climate & Biodiversity Initiative ». Doté de 6 millions d’euros sur trois ans (2020-2022), ce nouvel appel à projets soutiendra 6 à 8 projets de recherche. Objectif : améliorer les connaissances autour des interactions entre climat et biodiversité et des effets de leurs bouleversements sur les sociétés humaines.

Qui peut répondre ?

L'organisme qui porte le projet doit être :

  • d’intérêt général : à but non lucratif, à gestion désintéressée et ne s’adressant pas à un cercle restreint de personnes ;
  • domicilié dans un pays membre de l’Union Européenne, en Islande, en Norvège ou au Liechtenstein (il peut néanmoins travailler en collaboration avec des laboratoires qui ne sont pas domiciliés dans cette zone).

Quels projets de recherche ?

Le projet doit être un projet de recherche scientifique (fondamentale et/ou appliquée) et doit avoir pour objet l’étude du climat et de la biodiversité.

Il doit impliquer d’autres organismes d’au moins deux pays étrangers.

Aucun projet de recherche individuel ne sera soutenu.

Critères de sélection

Une attention particulière sera portée aux points suivants :

  • l’intérêt scientifique du projet : degré d’innovation du projet, potentiel en termes d’avancement de la connaissance du sujet concerné, intérêt du sujet dans la communauté scientifique internationale ;
  • la diffusion et la valorisation du projet : qualité des actions pédagogiques prévues, degré de communicabilité du projet auprès du grand public et degré d’innovation des actions prévues dans ce cadre.

L’intégralité des critères de sélection et des modalités de participation à l’appel à projets sont disponibles en ligne.  

Processus de sélection

Les projets seront retenus à l’issue d’un processus de sélection rigoureux qui s’étalera du 11 février 2019 au 19 novembre 2019 et comportera trois étapes :

  • Les équipes qui souhaitent se porter candidates devront remettre leur dossier complet entre le 11 février et le 28 avril 2019 inclus, sur la plateforme de candidature.
  • La Fondation BNP Paribas procèdera ensuite à une présélection des dossiers, du 1er mai au 31 juillet 2019.
  • Enfin, du 2 septembre au 19 novembre 2019, les dossiers présélectionnés seront analysés par le Comité scientifique, qui soumettra les dossiers finalistes au Comité exécutif pour désignation des lauréats.

Le Comité scientifique qui portera ce processus est composé de personnalités reconnues dans leur domaine de recherche :

  • Philippe Gillet, géophysicien, géologue et professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Il anime le comité scientifique.
  • Sonia Seneviratne, professeure à l'Institut des sciences de l'atmosphère et du climat de l'ETH Zurich. Elle est membre du Comité exécutif de la Fondation BNP Paribas.
  • Philippe Cury, Directeur de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement.
  • Corinne Le Quéré, professeur à l’Université East Anglia (Climate Change Science and Policy), directrice du Tyndall Centre for Climate Change Research.
  • Jean-Pascal Van Ypersele, Docteur en sciences physiques, climatologue, professeur à l’Université Catholique de Louvain où il co-dirige le Master en Sciences et Gestion de l’Environnement. Il a été Vice-président du GIEC jusqu’en 2015.
  • Joanna Haigh, professeur de physique atmosphérique, à l’Imperial College de Londres, co-directrice du Grantham Institute for Climate Change and Environnement.
  • Franck Courchamp, Directeur de recherche CNRS au Laboratoire Ecologie Systématique et Evolution (ESE - CNRS/Université Paris-Sud), lauréat du programme « Climate Initiative » en 2014.
  • Thomas Stocker, professeur de physique du climat et de l’environnement à l’Université de Berne où il dirige le Département de physique climatique et environnementale.

Vous serez aussi intéressé par