banniere_cap_au_vertjpg.jpg

Vulnérabilité & précarité

Cap au Vert : une « colo » différente et comme les autres

Qui dit fin de l’année scolaire, dit vacances d’été ! Sauf que, pour certains enfants et adolescents, partir en vacances loin de leur environnement familial peut s’avérer problématique. C’est le cas pour de nombreux jeunes malades ou handicapés qui ont besoin d’une prise en charge spécifique.
 

Pour y remédier, la Fondation de France a créé le programme Cap au Vert : depuis plus de vingt ans, il permet à ces jeunes d’oublier durant quelques jours leur maladie ou leur handicap en partant dans des centres de vacances « ordinaires » (par exemple, des centres affiliés à l’Union nationale des centres sportifs de plein air – UCPA). Ce séjour sportif est partagé avec des enfants de leur âge en bonne santé. Une occasion d’expérimenter le vivre ensemble et de favoriser l’acceptation de la différence !

« Pendant une semaine, les jeunes sortent de leur cocon familial, parfois très protecteur, connaissent d’autres enfants et découvrent des sports qu’ils n’auraient peut-être jamais osé faire. Tous gardent un souvenir inoubliable de leur séjour », souligne Sophie Lasserre, responsable du programme Cap au Vert.

Que ce soit à la montagne (Pralognan, Serre-Chevalier, La Plagne…) ou au bord de la mer (Lacanau, Saint-Cyr-sur-Mer), les enfants et adolescents peuvent profiter pleinement de leurs vacances d’été grâce à un encadrement médical adapté. Ils se prouvent qu’ils sont capables de pratiquer les mêmes activités sportives que les autres et le montrent également à leurs parents.

« Je n’étais jamais parti aussi loin. La montagne ? Je ne pensais pas que ça pouvait être si haut ! C’est magique », s’émerveille Sylvain, atteint de diabète (14 ans).

Chaque année, été comme hiver, près d’une centaine de jeunes touchés par une pathologie chronique (épilepsie, insuffisance rénale…) ou un handicap (moteur, auditif, visuel, psychique, mental) peuvent goûter à des vacances actives dans le cadre du programme Cap au Vert.