Une chercheuse dans un laboratoire, illustrant la volonté de la Fondation de France d'aider la recherche.
Recherche fondamentale et translationnelle sur le cancer

Recherche & innovation

Cancer : étude de la résistance aux traitements

Date limite de dépôt des dossiers
19 mars 2017 — recherche@fdf.org

Pourquoi ?

Première cause de mortalité en France avec 150 000 décès, les cancers touchent plus de 365 000 nouvelles personnes chaque année, soit 1 000 personnes par jour. Bien que la recherche contre le cancer ait fait des progrès importants ces dernières années, un nombre considérable de patients restent confrontés à l'échec thérapeutique, même dans le cas des pathologies cancéreuses les mieux soignées aujourd’hui, comme le cancer de la prostate ou du sein.

C'est pour sauver la vie de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants en faisant naître de nouvelles thérapies que la Fondation de France a inscrit la recherche sur la résistance aux traitements au coeur de ses priorités.

Soutenir la recherche sur la résistance aux traitements des cancers : une priorité !

Vous serez aussi intéressé par

Quels objectifs ?

La Fondation de France soutient la recherche fondamentale et translationnelle portant sur l’étude des résistances aux traitements du cancer, dans le cadre d’hémopathies malignes ou de tumeurs solides.
Trois grands volets sont soutenus :

  1. étude des mutations génétiques à l'origine des échecs thérapeutiques ;

  2. identification, dès le diagnostic, de futures résistances aux traitements ;

  3. recherches sur la machinerie moléculaire associées à la résistance tumorale.

Les aides accordées concerneront uniquement des allocations post-doctorales (d’un montant maximal de 120 000 € pour deux ans), auxquelles s’ajoutera une subvention de fonctionnement (d’un montant maximal de 50 000 € pour deux ans) dédiée exclusivement à l’accueil du chercheur post-doctorant et destinée à améliorer les conditions de réalisation de son travail de recherche.

 

Les modalités de soutien

Les demandes d’allocations post-doctorales, d’une durée de un ou deux ans, concerneront :

  • des soutiens pour l’accueil de chercheurs postdoctorants en France ;

  • des aides au retour en France ;

  • ​quelques bourses de mobilité à l’étranger seront considérées, pour une durée maximale de douze mois, afin d’initier la mobilité des candidats. Ces bourses ne seront pas assorties de subvention de fonctionnement.

Le comité portera une attention particulière à la mobilité des candidats, tant géographique que thématique, entre la thèse et le post-doctorat et/ou entre les différents stages post-doctoraux.

Nos experts

 

Co-Présidents

Véronique MAGUER-SATTA
Directrice de recherche, Responsable de l'équipe «BMP, tumoral niche and cancer stem cells», Inserm U 1052, Centre Léon Bérard, Lyon

Norbert VEY
Professeur, chef du service Hématologie 2, Institut Paoli Calmettes, Marseille

 

Membres

Vahid ASNAFI
Professeur des universités - praticien hospitalier, responsable du secteur cellulaire en onco-hématologie - CNRS UMR 8147, Hôpital Necker enfants malades, Paris

Didier AUBOEUF
Directeur de recherche, responsable de l'équipe « Epissage alternatif et progression tumorale », Inserm U 1052, Centre Léon Bérard, Lyon

Estelle DUPREZ
Directrice de recherche, responsable de l'équipe « Facteurs épigénétiques dans l'hématologie normale et pathologique », Centre de recherche en cancérologie de Marseille

Alain EYCHENE
Directeur de recherche, responsable de l'équipe « signalisation Raf et Maf dans l'oncogénèse et le développement », Inserm U 1021 - CNRS UMR 3347, Institut Curie, Orsay

Julie GAVARD
Chargée de recherche, chef de l'équipe « Signalisation Oncogénique, Angiogenèse, et Perméabilité », Centre de recherche en cancérologie Nantes-Angers

Juan IOVANNA
Directeur de recherche classe exceptionnelle, directeur adjoint du centre de recherche en cancérologie, Inserm UMR 1068, Marseille

Laurence LAMANT-ROCHAIX
Professeur des universités - praticien hospitalier en anatomopathologie, responsable de la thématique «Lymphomes anaplasiques à grandes cellules », CHU Purpan, Toulouse

Stéphane MANENTI
Directeur de recherche, responsable de l'équipe «Signalisation et cycle cellulaire dans les hémopathies malignes», Inserm U 1037, centre de recherche en cancérologie, Toulouse

Elisabetta MARANGONI
Responsable adjointe du Laboratoire d'Investigation Préclinique, Département de Recherche Translationnelle, Institut Curie, Paris.

Florence NGUYEN KHAC
Professeur des universités - praticien hospitalier, responsable unité Cytogénétique Hématologique, responsable adjointe équipe « Cell Death and Drug Resistance in Lymphoproliferative Disorders » INSERM UMRS 1138 au GH Pitié-Salpêtrière, Paris

Bruno QUESNEL
Professeur des universités - praticien hospitalier au CHU de Lille, directeur de l'équipe « Facteurs de persistance des cellules leucémiques », Inserm UMR 1172, l'Institut de Recherche sur le Cancer de Lille

Eric TARTOUR
Professeur des universités - praticien hospitalier en Immunologie, faculté de médecine de Paris Descartes, directeur de l'équipe « Immunothérapie et traitements anti-angiogénique en oncologie » Inserm U 970, Hôpital européen Georges Pompidou, Paris

Charles THEILLET
Directeur de recherche, responsable de l'équipe «Identité et plasticité tumorale», Inserm U 896, Institut de recherche en Cancérologie de Montpellier