Prisons

"Briser le cercle vicieux", le regard de Pascal Vinarnic

05/07/2019

La Fondation Demeter a été créée en 1994 avec un groupe d’entrepreneurs. La démarche de son fondateur Pascal Vinarnic : soutenir des initiatives pilotes, les pérenniser par une véritable autonomie financière, puis promouvoir leur généralisation.

Pascal Vinarnic, de la Fondation Demeter

La fondation se concentre aujourd’hui sur la réinsertion des jeunes à risque. Avec deux convictions : la première, c’est que l’enfermement est d’abord dans la tête des délinquants. Il faut leur prouver qu’ils ont des capacités, des compétences utiles pour la société qui, même si elles sont parfois acquises dans l’économie souterraine, peuvent s’appliquer dans un cadre légal. La seconde s’appuie sur un état de fait : pour les primodélinquants l’incarcération est trop souvent un accélérateur de marginalisation.

C’est pourquoi nous soutenons des projets de prise en charge alternative. Par exemple en créant des lieux « guichet unique » où l’ensemble des problèmes de ces condamnés sont traités de front : santé, psychologie, emploi, logement… Car tout est lié. Et nous soutenons ces innovations à un stade expérimental, pour que les pouvoirs publics puissent ensuite s’en saisir et les généraliser. C’est là que la philanthropie prend tout son sens !

Eviter l'incarcération, anticiper la libération

Sans accompagnement, 63% des détenus récidivent dans les cinq ans suivant leur sortie de prison. Un échec pour la société, un drame pour les familles et pour les détenus eux-mêmes. Depuis 1996, la Fondation de France s'engage sur le sujet du mantien des liens familiaux. En 2013, le programme Prisons a élargi son champ d'intervention : préparation et accompagnement de la sortie, développement d'alternatives à l'incarcération.

Pour en savoir plus

Découvrez le rapport annuel 2018

Vous serez aussi intéressé par