Aboubakari Kebe, bénéficiaire du programme "Jaurès à vélo" à Pantin.

Education

Bouba, 14 ans, en selle contre le décrochage scolaire

Le vélo est un outil de liberté qui peut permettre aux jeunes décrocheurs de rejoindre le peloton scolaire. Aboubakari Kebe est élève au collège Jean Jaurès à Pantin. Il réside aux Courtillières, une cité voisine. Son père est maçon, sa mère travaille à la poste.

“Bouba”, 14 ans, est un sacré client, drôle et déluré, heureux d’amuser la galerie mais rétif aux exigences scolaires. L'an dernier, il s’est impliqué dans le projet “Jaurès à vélo”, une initiative soutenue par la Fondation de France en raison de sa pédagogie innovante. Il s'agit de permettre aux élèves en difficulté de reprendre confiance en leurs capacités et de nouer de nouveaux liens avec les adultes référents.

Depuis quelques années, un groupe d’enseignants propose aux élèves de quatrième de réaliser un voyage à vélo. L’idée est “de sortir les élèves du quartier, du collège et de leur faire découvrir des régions d’un pays qu’ils connaissent mal” explique Vincent Sinaud, professeur d’histoire. Au printemps 2015, la classe de Bouba a découvert l’Alsace, la Provence et l’Aquitaine pour ce qui a fini par ressembler à un petit tour de France.

Bouba, qui veut devenir ingénieur, est ravi car ce voyage l’a aidé à retrouver la concentration et l'attention qui lui manquaient. Une enseignante d’éducation physique et sportive précise : “Il faut parfois un peu de temps pour que cette expérience modifie les comportements. Mais, au final, les élèves en tirent souvent un bénéfice important. Ils nous rendent beaucoup affectivement et justifient l’implication des enseignants”.