banniere-b-end.jpg

Environnement

B., c’est fini !

Le 8 avril, B. la première abeille influenceuse s’est envolée… Victime des pesticides, la célèbre ambassadrice de la sauvegarde des abeilles, partage ainsi le sort de près de la moitié des colonies de butineuses qui disparaissent chaque année. Mais son combat continue !

Soutenue depuis 2019 par la Fondation de France, l’abeille influenceuse @bee_nfluencer n’est plus. Symbole de la menace qui pèse sur les populations de butineuses, sa disparition alerte une fois de plus sur l’urgence à agir pour la sauvegarde de la biodiversité. Depuis deux ans, B avait fait de la protection des abeilles le cœur de son combat, en sensibilisant le grand public sur Instagram. En ralliant à sa cause une communauté de 272 000 followers et en nouant de nombreux partenariats avec de grandes marques, l’influenceuse a ainsi permis de constituer le Bee fund à la Fondation de France, un fonds destiné à soutenir des actions en faveur de la protection des abeilles. Ces projets ont pour but de favoriser la transition vers une agriculture plus respectueuse des pollinisateurs, de reconstituer les habitats des abeilles et aussi de démontrer l’impact des substances nocives sur les colonies.

Quatre projets ont d’ores et déjà été lancés. Dans le Gers, l’opération « Mayage » menée par l’association Arbre et paysage permet de développer de nouvelles pratiques agricoles et apicoles, plus respectueuses des abeilles. En Moselle, des étudiants ont reçu une formation spécifique pour réaliser des infrastructures agro-écologiques qui permettront de créer un habitat propice aux abeilles.

Sur le plan de la recherche, deux chantiers ont été initiés, l’un à Versailles, avec l’association Patrimoniale de la Plaine de Versailles et l’association du Plateau des Alluets pour étudier le pollen des ruches afin de déterminer les facteurs qui causent la disparition des abeilles.

L’autre à Paris, avec l’ITSAP-Institut de l’Abeille qui tente d’établir le diagnostic toxicologique des pollinisateurs à partir des analyses chimiques des matrices apicoles.

Si B. s’est envolée, le bee fund perdure et grâce à lui l’espoir de sauver, grâce à des actions de terrain, les pollinisateurs dont nous avons tous tant besoin.