Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Delphine Gigoux-Martin, à la fontaine du monastère de Ségries.

Méditerranée

Art et territoire

Il est grand temps de rallumer les étoiles*

Une installation permanente au monastère de Ségries, Moustiers Sainte-Mairie, réalisée dans le cadre de l’action des Nouveaux commanditaires.

Moustiers-Sainte-Marie (04), vendredi 14 octobre. La pluie a miraculeusement cessé de tomber à la mi-journée pour nous permettre de découvrir cette superbe œuvre artistique permanente réalisée par Delphine Gigoux-Martin dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires de la Fondation de France.

Les différents protagonistes de cette aventure ont chacun à leur tour pu prendre la parole, avec générosité et engagement, pour nous raconter l’histoire de ce projet, qui illustre parfaitement l’engagement de la Fondation de France : donner la possibilité à des citoyens confrontés à des enjeux de société ou de développement d’un territoire, d’associer des artistes contemporains à leurs préoccupations en leur passant commande d’une œuvre. Son originalité repose sur une conjonction nouvelle entre trois acteurs privilégiés : l’artiste, le citoyen commanditaire et le médiateur culturel, accompagnés des partenaires publics et privés réunis autour du projet.

Le projet

Autour de la bâtisse du monastère de Ségries, lors d’un défrichement d’une zone encore inexploitée des terrains, les propriétaires ont découvert une fontaine sèche de pierre ocre complètement submergée par la végétation.

Une fois envisagé le projet d’y installer une œuvre d’art, la fontaine et son environnement paysagé ont entièrement été restaurés. Les évacuations, l’entretien du bassin et la découverte de la source adjacente ont permis l’élaboration d’un projet qui inclut la remise en eau de la fontaine et la réhabilitation de sa fonction première : l’alimentation en eau des vergers en contrebas.
 
C’est dans l’envie de redynamiser le territoire par le biais de l’artistique qu’a convergé la volonté d’un groupe de citoyens commanditaires , composé d’Annemarie et Dhruv Bandhari, propriétaires du monastère de Ségries,  Alain Archiloque, ancien maire de Moustiers-Sainte-Marie, Jean Baptiste Bourgeois, ancien élu à la culture de la ville de Moustiers-Sainte-Marie et Jérôme Galvin, artisan céramiste. Ensemble, ils ont exprimé le désir de faire appel à un artiste reconnu dans la scène artistique française pour développer un projet dans le cadre de l’action des Nouveaux commanditaires. Nadine Gomez, directrice du CAIRN Centre d’art, soutenue par les partenaires public, a accompagné ce groupe en tant que médiateur culturel. En raison de sa capacité extraordinaire à combiner plusieurs techniques et différents niveaux de perception, Delphine Gomez a invité l’artiste Delphine Gigoux-Martin à expérimenter la rencontre avec ces lieux et le savoir-faire de la tradition locale. Le rôle crucial de l’eau dans le développement du territoire, son impact dans l’imaginaire paysager du parc du Verdon, ainsi que l’ancienne présence de la mer dont témoignent les fossiles et les coquillages, constituent pour Delphine Gigoux-Martin le point de départ de sa recherche artistique.

L’œuvre

La fontaine sèche du monastère de Ségries a attiré d’emblée l’intérêt de l’artiste en devenant le réceptacle parfait pour son intervention. En employant les techniques de la faïence émaillée et de la porcelaine, Delphine Gigoux-Martin crée un univers marin riche et animé, qui redonne à l’ancienne fontaine son soue vital. Sur les concrétions calcaires descendant du fronton, des plateaux-coraux dessinent une cascade colorée et dans le bassin un fond marin se dévoile. Des éponges de mer, des coquillages, des « oursins » et des « lunes » s’entremêlent à des éléments plus élancés, alors que des étoiles de mer glissent progressivement vers le fond et vers les bords. Ces présences réjouissantes suivent l’énergie de l’eau, propulse son élan. De ce fait, en se rapprochant à l’ombre des châtaigniers, nos sensations s’harmonisent au rythme de l’eau qui coule et qui jaillit, notre esprit semble devenir plus léger.

L’eau de la fontaine chante, une danse de formes et de couleurs s’anime et poursuit jusqu’à l’extérieur du bassin où des étoiles de mer sont disposées en constellation de chaque côté. L’étoile de mer devient ainsi le reflet de l’étoile céleste, dans une fusion qui nous rappelle la valeur scienti­que et symbolique attribuée à l’étoile au cours de l’histoire, notamment dans cette région.

* Guillaume Apollinaire

>> Pour lire le dossier de presse complet et découvrir d’autres photos de l’œuvre

>> Pour en savoir plus sur l’action Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France