Une jeune fille danse à l'Espace 19 à Paris.

Point de vue

Après la génération Y, place à la génération S comme solidaire !

 

par Axelle Davezac,
directrice générale de la Fondation de France

Que veut la jeunesse d’aujourd’hui ? De quoi rêve-t-elle, qu’espère-t-elle ? Une partie de la réponse se trouve sans doute dans les projets que, chaque année, des centaines de 18-30 ans proposent à la Fondation de France, dans le cadre des bourses Déclics Jeunes. Les lauréats de l’édition 2016 seront révélés le 4 octobre. Chacun percevra 7 600 € pour réaliser son projet. Réalisation d’un documentaire sur les femmes musulmanes, mise en œuvre d’une case polyvalente au Cameroun…, les projets, éclectiques et divers, dessinent le portrait d’une jeunesse active, engagée, pleine d’idées et de créativité. Mais aussi, et surtout, d’une génération solidaire. Décidée à faire évoluer le monde, avec un grand réalisme.

 Au-delà des bourses Déclics Jeunes, la Fondation de France et plus de 200 fondations sous son égide distribuent chaque année 2500 bourses à des jeunes. Du lycéen au jeune chercheur, de la bourse vocation à la bourse à caractère social, réservée à des jeunes sans soutien familial… Il existe à la Fondation de France de belles histoires de legs motivés par ce désir fort d’aider des jeunes à construire leur avenir et à trouver leur place dans la société. La première fondation sous égide créée par la Fondation de France était d’ailleurs la Fondation Salavin Fournier, des entrepreneurs généreux, qui ont voulu partager leur réussite. Reconnaissants pour l’aide qui avait permis à Léon Salavin de faire son apprentissage, ils décidèrent de consacrer une grande partie de leur fortune à la création de leur fondation pour encourager les talents des 18-30 ans.

Si l’on ajoute aux bourses les quelque mille projets financés chaque année et qui concernent les jeunes, c’est plus du tiers des actions de la Fondation de France qui leur est consacré. Deux grands volets sont présents dans cette action : aider les jeunes en souffrance, avec notamment le programme santé des adolescents, et préparer l’avenir, qu’il s’agisse d’emploi ou d’éducation. Dans tous les cas, une constante : le jeune qui aura bénéficié de l’un de ces programmes en ressortira plus fort, plus autonome, plus enthousiaste. Et agira ensuite en conséquence. La Fondation de France lui aura mis le pied à l’étrier, mais n’aura rien fait à sa place. Des  exemples ? Le programme décrochage scolaire se concentre sur cette période sensible et cruciale dans la vie d’un jeune collégien, ce moment où il est encore possible de redresser la situation pour éviter une mise au ban du système scolaire. En matière de pédagogie, nous utilisons les stratégies de détours, comme la culture, le sport… C’est le principe du programme « Allez les filles » qui encourage les filles à la pratique du sport. Au-delà de la vertu sanitaire du sport, c’est aussi un moyen très efficace pour les aider à développer leur confiance en elles et faire progresser la notion de mixité qui marque le pas dans certains quartiers.

Cette jeunesse active, solidaire, la Fondation de France entend aussi l’associer à la conduite et la conception de ses programmes : la philanthropie doit être l’affaire de tous ! Quoi de plus efficace que de les associer au travail des comités experts, qui instruisent des projets, repèrent les initiatives les plus intéressantes… La Fondation de France s’engage à intégrer des  jeunes parmi les membres de ses comités. Une évidence pour qu’ils soient des parties prenantes dans le choix des projets qui façonnent la société de demain, mais aussi un moyen de leur faire découvrir les coulisses de la philanthropie, dont ils deviendront les plus précieux porte-drapeaux. C’est ce qui définit, finalement, cette génération S : la solidarité, pour elle, c’est tout de suite, c’est concret et cela correspond à des objectifs précis. A nous de saisir ce message, de nous inscrire avec eux dans cette énergie et ce réalisme. C’est grâce à eux que nous serons toujours plus pertinents et en phase avec les besoins de notre époque.