Portraits de philanthrope

Anne Brisset Oppetit

Donner pour se réinventer

Anne Brisset Oppetit a créé en 2017 la Fondation Cabestan qui se fixe pour mission de soutenir, à 360°, toutes les actions solidaires. Explications. 

portrait_anne_brisset_oppetit_2.jpg

L’envie de philanthropie naît souvent d’un événement imprévu, qui fait basculer une vie et invite à la renaissance. Celle d’Anne Brisset Oppetit a pris corps à 59 ans après 30 ans de mariage et une douloureuse rupture. Comment se reconstruire ? Une formation de haut niveau, une vie d’expatriée à New York et Londres dans le sillage d’un mari dans les affaires… Anne a eu envie de renouer avec ses valeurs les plus profondes : « J’ai vécu tiraillée entre le milieu financier où j’évoluais et la conscience sociale qui a toujours été la mienne. »

En 2017, elle décide de créer la Fondation Cabestan, destinée à intervenir dans tous les champs de la solidarité : culture, environnement, santé, recherche… Et c’est tout naturellement qu’elle se tourne vers la Fondation de France qui permet d’agir pour toutes les causes. « J’ai choisi un large périmètre car je souhaite que cette fondation soit pérenne et que mes enfants puissent aussi s’y engager, dans une totale liberté. » Depuis 2017, elle se consacre à la préservation des océans en soutenant les associations Bloom et Ethic Ocean qui militent pour une pêche durable et la conservation des espèces. Elle a connu cette dernière lors d’une rencontre du collectif 1 % pour la planète, co-organisée par la Fondation de France. Elle s’engage également dans la lutte contre les maladies psychiques. Pour aider à la réinsertion des personnes touchées par ce handicap invisible, elle a choisi d’accompagner l’association Clubhouse France.

Son prochain engagement ? Probablement en faveur des migrants, dont le sort la préoccupe beaucoup. « J’ai vu si souvent ces hommes en détresse sur les voies à Calais, lorsque je prenais le train. C’était une évidence pour moi de leur venir en aide quand je le pourrais. » La fondation d’Anne Brisset Oppetit se nomme Cabestan, en hommage à ce nœud marin qui permet de s’accrocher et de relier. Un beau nom pour une noble cause.