Marche du 11 janvier 2015 Paris, Charlie Hebdo, (c)Yann Caradec on Flickr

Ensemble face au terrorisme

Agir après les attentats de 2015

11/01/2019

Avec l'attaque de Charlie Hebdo et la prise d'otages au supermarché Hypercasher du 7 janvier 2015, commençait une série d'attentats qui allaient faire, en moins de deux ans, 239 morts et des dizaines de blessés. Aide aux victimes en urgence et dans la durée, soutien à la prévention de la radicalisation... la Fondation de France s'est mobilisée à travers plusieurs initiatives.

Après la marche du 11 janvier 2015

Un million cinq-cent mille personnes dans les rues de Paris, plus de quarante dirigeants de divers pays en tête du cortège… Le 11 janvier 2015 restera dans l’histoire comme la plus grande mobilisation nationale citoyenne depuis la Libération. Elle faisait suite aux attentat djihadistes des 7, 8 et 9 janvier : attaque de Charlie Hebdo et prise d’otages au supermarché Hypercasher.

Comment transformer cet élan en actions concrètes pour renforcer la citoyenneté et la cohésion sociale ? Les fondations françaises, à travers le Centre Français des Fonds et Fondations, ont alors pris l’initiative de se rassembler pour créer le Fonds du 11 janvier.

L’objectif de ce Fonds : soutenir des initiatives de la société civile, en faveur de la citoyenneté et du respect de l’autre, du dialogue interculturel et du vivre ensemble. Il porte une attention particulière à la formation de l’esprit critique des jeunes et à la prévention de la violence. En favorisant la coopération et la recherche d’approches innovantes.

Agir face au terrorisme

Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, la Fondation de France a ouvert un fonds dédié Ensemble face au terrorisme pour venir en aide aux victimes des attentats de Paris, et mettre en place des actions visant à prévenir le terrorisme.

Agir en urgence 

La Fondation de France a répondu aux besoins immédiats de 522 victimes par une aide directe. Cette aide a permis d’assurer un soutien psychologique et de subvenir aux dépenses quotidiennes des familles.

Par ailleurs, pour améliorer l’accompagnement des victimes et renforcer le réseau d’aide, la Fondation de France s’est rapprochée des associations d’aides aux victimes, déjà existantes ou tout juste créées.  Soutien psychologique, assistance juridique, réinsertion dans la vie sociale,… Les besoins des personnes touchées par un attentat ne se manifestent pas forcément immédiatement après l’attaque. Il leur faut parfois du temps pour reconnaître et admettre le traumatisme psychologique, a fortiori pour celles indemnes physiquement. Quant aux démarches administratives et judiciaires, elles peuvent durer plusieurs années. 

Agir pour demain : la prévention

Comment prévenir la radicalisation ? Pour les experts, une grande partie de l’endoctrinement s’effectue chez les 11-15 ans, l’âge des années collège, de la découverte d’Internet et des réseaux sociaux. Une période où se combinent fragilité et curiosité, propices aux discours radicaux.

La Fondation de France a soutenu sept projets aux approches originales. L’objectif de ces actions de prévention : développer l’esprit critique des jeunes face aux médias et aux raccourcis véhiculés par les réseaux sociaux. Les adolescents doivent pouvoir prendre du recul, apprendre à vérifier leurs sources d’information, à réfléchir à leur rapport au numérique. L’une des priorités : la déconstruction des « théories du complot » et la production de messages positifs.

Entre Les Lignes, la mobilisation des journalistes pour l’éducation à l’information

Face à un sujet plus que jamais d’actualité, cette association créée en 2010 à l’initiative d’une journaliste de l’AFP et d'un ancien journaliste de Reuters, fait figure de précurseur sur les questions d’éducation aux médias. Elle sensibilise notamment les jeunes à l’importance des sources d’une information, d'une image, etc. 

« L’attentat contre Charlie Hebdo a constitué un basculement dans l’esprit des journalistes, se souvient Sandra Laffont. Depuis, beaucoup ont envie de transmettre leurs valeurs, celles de la liberté de la presse et de la liberté d’expression. Former des lecteurs, auditeurs, internautes exigeants s’est imposé comme une nécessité. » Avec un réseau de plus de 150 journalistes de l’AFP et du groupe Le Monde, l’association intervient aujourd’hui dans des collèges et lycées autour d’ateliers consacrés au pluralisme de l’information, aux fausses informations, à la caricature ou à l'interprétation des images.

Soutenue d’abord par la Fondation de France en 2016 et 2017, Entre les Lignes est accompagnée depuis 2018, et pour 2 ans, par le Fonds du 11 janvier. L’objectif étant d’accompagner le déploiement de la structure sur l’ensemble du territoire… La tâche est ambitieuse mais elle s’impose dans un contexte ou plus que jamais la formation de l’esprit critique des jeunes est indispensable au vivre ensemble.

Le Fond du 11 janvier en chiffres

47 associations soutenues sur tout le territoire français.

58 projets :

  • 1/3 de projets d’éducation aux médias et à l’image.
  • 1/4 des projets de lutte contre les préjugés, le racisme, l’antisémitisme, et les discours de haine en ligne.
  • 1/3 de projets d’accompagnement et de formation destinés à la communauté éducative.

3 275 000 € de budget sur 5 ans.

Ensemble face au terrorisme en chiffres

3 012 702 € collectés
2/3 pour soutenir les victimes
1/3 pour prévenir la radicalisation
5000 personnes aidées

plantu.jpg

Cartooning for Peace : des dessins pour la paix

Créé en 2006 à l’initiative de Plantu, dessinateur de presse, et de Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies, Cartooning for peace, rassemble des illustrateurs de presse du monde entier et vise à susciter le questionnement des jeunes sur la paix, en analysant l’actualité transmise par les médias. C’est dans ce cadre qu’elle organise des rencontres dans les établissements scolaires avec une exposition itinérante de dessins de presse. Objectif : « désapprendre l’intolérance ».

La Fondation de France soutient les projets éducatifs et pédagogiques de Cartooning for Peace depuis 2012, date de lancement de l’exposition itinérante « Dessins pour la Paix » à destination des publics scolaires.