Pourquoi ?

Alors qu’une personne sur quatre souffrira au cours de sa vie d’une maladie psychiatrique, la maladie mentale est un facteur de risque majeur de suicide et l’espérance de vie des personnes souffrant de ces pathologies est inférieure de 10 à 15 ans à celle de la population générale.
Un grand nombre des maladies psychiatriques débutant souvent chez le sujet jeune, leur coût socio-économique est donc très important, et ces maladies impactent durablement la vie des personnes qui en souffrent.
La recherche en psychiatrie est une recherche relativement récente, et les progrès et découvertes en neurosciences des 20 dernières années doivent maintenant être confrontés à la réalité clinique et mises à profit pour une meilleure compréhension des maladies mentales dans une interaction étroite entre chercheurs et cliniciens.
Aussi, dans cette période charnière pour la recherche sur les maladies psychiatriques, la Fondation de France a-t-elle décidé de s’investir dans ce champ afin d’accélérer la mise en place de nouvelles méthodes de prévention, de diagnostic précoce et de traitements.

Objectifs visés

Cet appel d’offres concerne les maladies psychiatriques invalidantes (à l’exception des addictions, des troubles du spectre autistique et des démences).

La Fondation de France apportera son soutien aux projets portant sur :
  • L’évaluation des méthodes de diagnostic et des traitements ;
  • l’identification des mécanismes de résistance et de vulnérabilité à l’émergence et aux traitements des maladies psychiatriques ;
  • la recherche translationnelle sur une cohorte ciblée, à partir d’hypothèses pré-cliniques (modèles animaux) et en interaction avec la re-cherche clinique. Et inversement, une hypothèse clinique pourra être explorée par des approches pré-cliniques.

Qui peut répondre ?

Les demandes doivent impérativement faire état d’un projet collaboratif associant cliniciens psychiatres ou psychologues et chercheurs de différentes sous-disciplines des neurosciences ou des sciences humaines et sociales.