Depuis 22 ans, le Prix HSBC pour la Photographie accompagne tous les ans 2 photographes professionnels de talent encore peu connus, en les aidant à promouvoir et à valoriser leurs œuvres. En 2017, la conseillère artistique en était María García Yelo, directrice de PHotoEspaña, Festival International de la Photographie et des Arts Visuels. Parmi les 10 photographes qu’elle a proposés dans sa présélection, le comité exécutif a primé Laura Pannack et Mélanie Wenger.
 

María García Yelo commente ainsi sa sélection :
« Beauté, surréalisme, ébahissement et douleur : tous font partie intégrante des projets sélectionnés pour l'édition 2017 du Prix HSBC pour la Photographie. Leurs auteurs, à l’imagerie visuelle très riche, nous incitent à lire des significations multiples et superposées. Nous passons ainsi de l'étonnement à l'accablement, de la reconnaissance au désarroi… Et quand nous finissons par comprendre, une profonde mélancolie nous envahit ».
 

Les Lauréates
 

Laura PANNACK est Britannique. Elle est née en 1985.  Elle vit et travaille à Londres.
Réputée pour ses travaux dans les domaines des documentaires et de la portraiture de questions sociales, Laura Pannack cherche à analyser la relation complexe entre sujet et photographe.  
Ses oeuvres ont été largement exposées et publiées dans le monde entier, notamment à la National Portrait Gallery, au Parlement britannique, à Somerset House et au Royal Festival  Hall à Londres. Elle a remporté plusieurs prix internationaux ou en a été finaliste.
 
Extrait de « Youth WIthout Age, Life Without Death », © Laura Pannack
 
Mélanie WENGER est française . Elle est née en 1987. Elle vit et travaille à Bruxelles.
Mélanie Wenger est photographe documentaire représentée par l'agence Cosmos.
Diplômée de Lettres et d'un Master en journalisme, elle a choisi de raconter des histoires d'Hommes, de héros de l'ordinaire, de révéler leur profondeur au travers de l'immédiateté permanente de la photographie.
En 2011, elle commence à travailler sur la série “Wasted Young Libya” qui lui prendra trois ans. Entre 2014 et 2016, elle travaille sur les migrations entre la Libye, Malte et la Belgique et le braconnage en Afrique. En parallèle, depuis 2014, elle développe une série documentaire au long cours dans l'intimité d'une personne âgée isolée en Bretagne : « Marie-Claude, la dame aux poupées ».

Extrait de « Marie-Claude, la dame aux poupées », © Mélanie Wenger/Cosmos